Amin Maalouf « Les désorientés »

TEXTE – TILT « Désorienté » 2013

« J’ai précieusement conservé ces lettres, mais je n’ai pas le souvenir d’y avoir répondu.

S’il était compliqué, à l’époque, de recevoir le courrier du pays, il était bien plus hasardeux encore de l’y faire parvenir. La poste ayant cessé de fonctionner, il fallait recourir aux services d’un voyageur, afin qu’il le transmette de la main à la main. Une mission qui pouvait se révéler périlleuse. Le porteur devait parfois se rendre dans une zone de combats ; et s’il ne voulait pas courir de risques, et qu’il demandait au destinataire de venir chercher son enveloppe lui-même, c’est ce dernier qui se trouvait en danger de mort. (…) Mourad prétendait que, dans l’une de nos conversations, je lui aurais dit, pour répondre à ses reproches : « Moi je ne suis allé nulle part, c’est le pays qui est parti. » Peut-être bien que je l’ai dit. À l’époque, je le disais parfois… »

Amin Maalouf « Les désorientés »